mardi 3 février 2009

Châteaux construits, détruits en Ile-de-France








If you want to read this page in English, clic here

















Avec le temps et après la révolution française qui avec ses boires et ses déboires a entraînée la destruction de multiples châteaux, archives et documents, les époques et les guerres qui se succédèrent ne firent qu'accroître ce processus déjà bien entamé. L'architecture "royale" et militaire évolua au fil du temps, les places fortes de la seigneurie, de la royauté et de l'armée laissèrent place aux palais, résidences, forts et casernes.

Certains furent détruits, tel le château de Vaux sur Seine, certain furent épargnés tel le Château de Neuville, ci-dessous, de style Henri III en briques et pierres et construit au XVIe siècle par Joachim de Bellengreville puis agrandi en 1750 par Agnès de Révol.

















L'appellation château vient du fait qu'un roi y a couché!



















- Chapitre N° I, les Châteaux classés par communes et par ordre alphabétique de A à F:
 http://unchemindeliledefrance.blogspot.fr/






- Chapitre N° II, les Châteaux classés par communes et par ordre alphabétique de  G à L:
http://unchemindeliledefrance.blogspot.fr







- Chapitre N° III, les Châteaux classés par communes et par ordre alphabétique de M à R:
 http://unchemindeliledefrance.blogspot.fr






- Chapitre N° IV, les Châteaux classés par communes et par ordre alphabétique de S à Z:
 http://unchemindeliledefrance.blogspot.fr



*



Le Palais du Luxembourg:














Cependant, que devenait la portion de la même terre acquise à MM. de Luxembourg ? Antoine, dans cette famille, avait été la tige des branches de Brienne et de Pinéi la première s'éteignit en 1608 et la seconde passa, en 1620, dans la maison d'Albert de Luynes. De plus, Marguerite de Luxembourg, fille dû duc de Pinéi, s'était mariée dans la maison de Gesvres Par conséquent, si le hasard tout seul a remis un d'Albert et un de Gesvres, à Berci, quelque peu en possession de ce qui avait appartenu à Luxembourg, comte de Brienne, est-ce que le hasard n'a pas assez bien fait les choses ? Charles d'Albert, duc de Chaulnes, filleul de Charles Ier, roi d'Angleterre, et de Henriette de France, qui fut trois fois ambassadeur à Rome, pour assister aux élections de Clément IX, de Clément X et d'Alexandre VIII, avait à la Râpée de Berci la Vigne de Chaulnes. Plus près de Paris et moins loin de Berci, une maison de campagne à Potier, duc de Gesvres, gouverneur de Paris, se remarquait vers la fin du grand règne.
Entre ces deux propriétés s'étalait l'étang de Berci, dont l'eau presque dormante descendait de Montreuil pour s'écouler, comme à regret, dans la Seine. C'était une pièce d'eau toute faite pour l'agrément d'un jardin dessiné dans la vigne de Chaulnes par Lenôtre. Un buffet d'eau et des bassins y furent établis par un carme, Sébastien Truchet, mécanicien très distingué, membre de l'académie des Sciences. Louis-Léon Pajot d'Ons-en-Bray, intendant général de la poste aux lettres, qui ne succédait pas directement au duc de Chaulnes réunit là des oiseaux aquatiques.
Une ménagerie, une orangerie, un laboratoire de chimie et un cabinet de curiosités donnaient alors de l'importance à cet hôtel de campagne ; le bâtiment en était placé du côté de la rue de Berci, c'est-à-dire au fond du jardin, et il était simple, mais plus grand que les pavillons du même genre qui se suivaient, les uns près de la rue, les autres près du quai de la Râpée, appelé chemin le long de la Rivière. Au nombre de ceux-ci figurait la maison de plaisance de M. de Gesvres, acquise en l'année 1717, ou peu s'en faut, par un M. de la Croix, que tout nous porte à croire Pierre de la Croix, contrôleur de la maison du régent ; une rivière anglaise était formée dans le jardin de cette villa par l'écoulement du trop-plein de l'étang, et un ponceau voisin livrait passage, sous le chemin, à ce cours d'eau, qui, sans fracas, se perdait dans la Seine. M. Pajot, qui laissait au roi, par testament, les curiosités de toute sorte qu'il avait rassemblées, cessa de vivre en 1754.
Les deux maisons que nous venons de citer paraissaient les aînées de quatre autres, qui embrassèrent également l'étang. L'une touchant à l'ancienne vigne de Chaulnes, appartenait à Mme Le Vayer ; une ensuite, à M. de la Vieuville, ayant Mme de Maulevrier pour locataire ; celle d'après, à M. de la Croix, déjà pourvu de l'ancienne maison de Gesvres, et la propriété qui séparait, l'une de l'autre les deux siennes était à M. Orry. Ne sait-on pas que Philibert Orry, ce financier si malmené dans les Mémoires de Sain-Simon, est devenu contrôleur général ? Son frère, Orry de Fulvy, a été conseiller d'État, intendant des finances. Celui des deux Orry qui a acquis ladite maison de plaisance en cède la jouissance, peu de temps après, Mme de Parabère, née Coatker de la Vieuville, maîtresse en titre du régent.


Liens en rapport avec le Luxembourg:






*  *




Saint-Germain-en-Laye


- Le Château Vieux, château de Saint-Germain-en-Laye








- Le Château Neuf










Le seul témoin subsistant du Château-Neuf et de la magnifique composition de jardins en terrasses successives organisés sur la pente entre le château et la Seine, est la rampe des Grottes et le mur des Lions constituent avec les pavillons Henri IV (où fut ondoyé Louis XIV) et Sully (situé sur la commune du Pecq). Cet ensemble créé à la fin du XVIème siècle sous Henri IV est délaissé par Louis XIV au profit de Versailles et tombe en ruine. Aujourd’hui ce site prestigieux nécessite une restauration importante.


- Le Pavillon de la Muette, XVIième Siècle






- Le Château du val





Le Domaine du Château du Val se situe dans la forêt de Saint-Germain en Laye, ville à l'historique riche et noble. En effet 3 Rois de France y ont vécu : Henri IV, François Ier, ainsi que Louis XIV qui y est né en 1638.


- Le Domaine du Val







Les histoires des châteaux en Forêt de Saint-Germain-en-Laye:

- Le Château vieux ou le Château de Saint-Germain-en-Laye

- Le Château Neuf à Saint-Germain-en-Laye

- Le Domaine du Val:

- Le Pavillon de la Muette




*  *



Forêt de Montmorency



Dans le domaine du Bois Corbon

- Le Château de Bois-Carbon







Est actuellement un centre de l'ONF.


Sur la commune de Saint-Prix

- Le Château de la chasse














L'histoire du château

http://des-pas-aux-pages.over-blog.com/article-4181093.html







*  *



Forêt de Bondy

- Le Château du Raincy









L'histoire du Château
http://www.tourisme93.com/document.php?pagendx=618&engine_zoom=PcuIDFC930001311


Le patrimoine en Seine-Saint-Denis

http://www.tourisme93.com/document.php?pagendx=778






*  *





Le Château de Limeray:















Le Château de Lassay:



















*




Le Monde des Châteaux




*




Anecdote au sujet du mot Châtelet à Paris:

Un châtelet, dit grand châtelet était un petit château, une petite forteresse qui était installé à côté des ponts,au change et Saint-Michel, non loin de l'emplacement actuel de la place.Le grand Châtelet sera détruit en 1808 sur l’ordre de Napoléon. C’est sur son emplacement que seront édifiés la place du Châtelet et le théâtre du Châtelet, inauguré en 1862.
Le grand châtelet servait donc de bouclier contre les agressions extérieures, il protégeait la ville.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2telet_de_Paris





Deux articles qui ont pour sujet les monuments détruits:

- Extrait de l'article de André Chastel, Le Monde du 22 Janvier 1946, "Les monuments détruits"

La carte de nos ruines est, on le sait, bien différente de celle de l'autre guerre. La campagne de 1940, qui a rayonné au delà de la Loire et jusqu'au Rhône, les bombardements aérien cherchant partout les points sensibles, la bataille finale sur la manche et la Méditérannée, ont généralisés des ravages que la guerre de position avait, il y a trente ans, limité à une large zone ou s'effondrèrent Arras, Cambrai, Reims et Soissons. Soixante départements sont mentionnés sur les listes des monuments historique.
Deux années de bombardements préparatoires et deux mois de guerre moderne ont réduit la Normandie et la bordure de l'Ile-de-France à un état comparable à celui de l'Artois et de la campagne de 1918.


- Extrait de l'article de Catherine Bedarida, Le Monde du 16 Octobre 1996, "Les ruines urbaines"

Nombre de bâtiments inachevés, à l'abandon, désaffectés, ont été parfois utilisés par des artistes, lieux d'habitation à la hauteur de leur imaginaire, etc...







*








Association un chemin Historique et Touristique en Ile-de-France:




Le site de l'Association:









Les vestiges des châteaux:


Chateaux féodals et ruines Médiévale:











Visites virtuelles de châteaux:

















Un château bombardé dans la Marne:
































Aucun commentaire: