mercredi 25 juillet 2012

Le Temps















Le temps qui passe, le temps des chevaliers, le temps moderne, il est là, n'est pas là, n'est plus là, il se veut constructeur, sérieux, vagabond, affriolant, enjôleur, quand là, lors d'une soirée venue, il va, doucement, il juxtapose ses heures, ses minutes, ses secondes, pour que, de jour en jour, de mois en mois, chacun puisse prendre une part de se bonheur éperdu.. . Lorsque passe les heures, lorsqu'au tréfonds de nous-même des images, des émotions et des sensations viennent fleurir nos contrées, le temps n’existe plus, il est là mais on ne le voit pas, on ne le sent pas passé, virevolter, seul, ces instants sont présents, seul il inonde cet entrelac fleuri, aux abords desquels, souvent, il laisse échapper des bouquets, des sourires, des regards...
Seul le temps passe comme le vent, seul, parfois, il s'entrelace autour de nous, il ne joue pas, mais il est là, présent tel un sage... Ces instants sont protecteurs, enjoleurs parfois, même si personne ne vient «briser» ces moments de calme et de répit, seule la nuit, câline, douce et limpide vient se marier à ces instants, ces secondes, qui sont belles à vivre...
Il faut se souvenir que, lorsque ces moments passent, ils fécondent, ils distillent une foule de pensées, bonnes ou mauvaises, qui se terminent parfois par des questions, des envies, des plaisirs, que tout à chacun peut imaginer, entrevoir et toucher....
Le temps peut être mal vécut, lors d'une maladie par exemple, il peut se destructurer rapidement sous l'effet d'une foule de sensations difficiles à décrire, qui mènent au delà du temps présent, vers une image parsemée de sensations bigarrées, de sensations à la fois curieuses et tachées d'étrangetées naissantes, comme-ci, là, à quelques secondes, une peur pourrait surgir, un événement peut-être aussi... Le monde qui nous entoure à ce moment là, se trouve être comme en arrière plan, il est là, mais il n'éxiste plus en tant que tel, même si la vue le perçoit encore... Alors à ces moments il faut doubler d'attention, essayer que l'autre ne discerne rien, analyser à demi-mot sa position tout en se disant que cela va passer... C'est très étrange un malaise épileptique, une petite crise comme l'on dit en langage médical.

Le temps peut-être historien, malencontreux, heureux, ici ou là, en des mots, des phrases, des instants, il fait, il sait faire revivre des moments perdus ou pas, heureux à tout jamais...
Historien il construit, il dicte, il enjôle nos pensées qui elles-mêmes fécondent mille lacs, mille entrelacs de bonheur....
Le temps peut être collégien, construit de Héros, de musique, de tours de vélos, feutré d'immensités culturelles ou autre... Le temps est un grand maître, il apprend, il révèle, il vagabonde, quand à l'orée d'un bois, d'une forêt, des heures entières durant, le temps nous fait voyager vers des chemins poétiques, vers des senteurs et des vues affriolantes... Ah la nature, quand elle délie son charme, sa jouvence romantique, elle est belle à croquer... Le temps lui joue son rôle, il nous entraîne, nous conduit vers de longs flots que seul, vous et moi en connaissons le déroulement... Le temps maîtrise, parfois il peut se scinder en plusieurs images, l'une ici le matin, l'autre là-bas l'après-midi, il déroule, déballe son attirail charnel, si convoité à travers le monde que bien des fois il nous échappe....
Le temps peut-être brisé, à tout jamais, rompu, il nous échappe alors, il éveille des pensées, des oraisons, il ne faut pas, il ne doit pas s'éteindre, bien au contraire, l'on doit le raviver, lui permettre de prendre un nouvel élan, pour le temps....
Le temps passe vite, très vite, il nous a à peine dicté la fin de l'adolescence que là, soudainement, il passe en brandissant son cycle, ses périodes et ses phases, que nul ne sait ou ne saurait prédire.... Pourvue qu'elles soient belles... Armé, le temps forge, change parfois un être, il l’emmène vers des stades, des moments, des barrières que lui et lui seul (l'être) pourra franchir, voudra franchir ou laisser choir, le temps le dira... Il dira tout et tant que l'on doit s'appliquer, bien faire, laisser courir les idéaux et les pensées nauséabondes... Le temps peut nous amener vers mille directions, chemins, il peut nous présenter du monde, des situations, que sais-je encore... L'on peut l'imaginer, le construire ou essayer, l'on peut lui donner un sens, essayer de faire bifurquer ce temps vers autre chose pour qu'il soit constructif et non destructeur. Le temps, avec le temps tout ne s'en va pas, sauf sa jeunesse, tout du moins ses bases, ses fondements, tout se construit, se vit, se matérialise si le temps se passe bien!.... Ou un petit peu moins bien!



Datation d'un objet:
Dater un objet, le resituer au temps de sa création, l'élever parfois au rang de référent chronologique pour la datation d'autres œuvres stylistiquement comparables, est un acte important qui mérite la plus grande attention et de nombreuses vérifications. La validité d’un chronogramme, d’un poinçon, doit être vérifiée, ainsi que l'homogénéité de l'œuvre. Relever les marques d'ateliers, signatures, estampilles peut conduire à une datation approchée, à défaut d'être précise. Des éléments iconographiques ou techniques fournissent aussi des repères chronologiques, mais les documents d'archives (commandes, factures) quand ils sont conservés, sont de plus sûrs outils. Enfin les comparaisons stylistiques, utilisées avec prudence, permettent de proposer des fourchettes chronologiques en attendant de réunir plus de précisions. Le ministère de la Culture et de la Communication met en ligne des catalogues d’objets datés qui constituent autant de référentiels chronologiques, aides à la datation.

http://insitu.revues.org/3513




 Le temps
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Temps

La mesure du temps
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_mesure_du_temps

 L'horlogerie
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Horlogerie












Aucun commentaire: