mardi 30 octobre 2012

Le Château de Saint-Jean de Beauregard


























 Crocheté à l'Est du Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, dans une encablure, à deux pas d'Orsay, au nord et de Limours à l'Ouest  ce grand château aux allures seigneurial implanté dans son village de Saint-Jean-de-Beauregard, fit ses premiers pas au XVIIe siècle pour François Duproux, conseiller du roi.

Terre de grands noms, de grands châteaux, l'Essonne vit le début de la construction du château en 1612, à la demande de François Dupoux, conseiller du Roi. Un nouveau château est alors construit à la place des ruines de Montfaucon qui faisait face à l'ancien château de Montlhéry. Le nouveau seigneur des lieux demande à Louis XIII la substitution du nom de Montfaucon, de sinistre renommée, en Beauregard. Le roi ordonne le changement de nom du lieu de Saint-Jean-de-Monfaucon en Saint-Jean-de-Beauregard.
François Garnier, écuyer, se rend acquéreur du domaine en 1638. Ensuite, le domaine passe dans les mains de Charles Doullet de Neufville, puis de Gabriel de Mehertin de Saint Pierre, puis en 1669 d'un conseiller du Roi, Pierre de La Mouche.

Château construit en brique et grès, il s'agit d'une grande composition à la française avec château, communs et parc dominant le site de Montlhéry, caractérisée par l'importance de son activité agricole (potager, colombier, basses-cours). Les importants travaux de remise en état exécutés à partir de 1760 par Laurent II Charron conservent au domaine sa vocation agricole. Une partie du parc a été redessinée à l'anglaise au XIXe siècle.

A François Dupoux, nous devons les deux pavillons marteaux. Ils étaient reliés par un corps principal, qui fut élargit par un des nombreux propriétaires postérieurs, Pierre de La Mouche, conseiller du roi, possesseur à partir de 1669. Le tout était alors dans un pur style Louis XIII qui fut modifié par la suite pour laisser la place à un enduit. Madame Charron, seule maîtresse des lieux à partir de 1751, fait refaire les toitures à la mansart. Cependant c'est dans la décoration intérieure du château que Françoise Matagon va s'investir de façon importante et laisser sa marque. Elle fait remeubler toutes les pièces, remettant ainsi le tout aux goûts du jour. C'est de cette époque que date la plupart du mobilier que je vous montrerai lors de cette visite. En 1878, le comte de Caraman, descendant de Pierre Paul Riquet, instigateur du canal du midi, acquiert Saint-Jean de Beauregard. Dés lors le domaine reste enfin plus de deux générations dans une même famille, puisque aujourd'hui encore, ce sont les Caraman qui le possèdent.



















































Aucun commentaire: