lundi 3 décembre 2012

Le Château de Nandy



To read the post in English






 





Nandy, commune du département de la Seine-et-Marne, située entre Corbeil-Essonnes et Melun effleurant la seine au Sud-Ouest de la ville, elle est en partie encore implanté dans la forêt de Rougeau, le lieu de vie du château au moyen-âge.




Dans le cadre de la seigneurie de Nandy, une première demeure seigneuriale en bois est édifiée sous les Carolingiens, à laquelle succède un château en pierre sous les Capétiens, remplacé entre le XVe et le XVIe siècle par un nouveau château batit par la famille de L'Hospital. Cette lignée tient la seigneurie pendant plus de deux siècles. Parmi les autres propriétaires sont à noter les Pommeuse, les de La Vieuville mais aussi l'abbaye de Saint Denis en France. Le château actuel est dû à François-Marie, duc de Vitry, descendants de la famille de l'Hospital, reconstruit presque totalement à partir des années 1660, suite des dégâts causés par les guerres de Religions. D'inspiration classique, ce château présente une façade sud ordonnancée qui alterne la brique et la pierre, ce qui n'est pas sans rappeler l'architecture du château voisin de Fontainebleau. Le bâtiment est restauré au début du XIXe siècle par le marquis de Perthuis.

Une histoire souvent féconde en drames, toujours riche de leçons et ainsi le présent rattaché au passé s'insére dans une tradition où les malheurs suivis de résurrection enseignent à ne pas désespérer de l'avenir.

En ce coin de France où le capétien travaille dès l'origine à faire la patrie, on retrouve la trace, non seulement de ceux qui l'aidèrent dans sa grande oeuvre, mais encore du maître lui même :

Geoffroy de Nandy accompagne Philippe Auguste à la croisade, et date sont testament de Saint Jean d’Acre en 1191 ; au XIVe siècle, la reine Jeanne d’Evreux, veuve de Charles IV le Bel possède le fief de Nandy que sa fille Blanche, duchesse d’Orléans, lègue par testament à l’abbaye de Pont-aux-Dames.
Le fief dépendit de l’abbaye jusqu’à la Révolution.

C’est au XIVe siècle que la terre de Nandy échoit à la famille entre les mains de laquelle elle restera le plus longtemps : les Galluccio de l’Hospital. Ces immigrés italiens s’allient de bonne heure aux plus grandes maisons de France. Le sang de nos maréchaux semble les attirer, puisque Adrien épouse une Rouault de Gamaches et François une La Châtre. Ils jouissent de la confiance des rois qu’ils servent comme échansons à la Cour ou comme baillis en province. Leur domaine s’arrondit en Brie où ils possèdent outre Nandy, Vitry, Nogent et Coubert.


Lire la suite...  http://www.chateau-denandy.fr/




http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee




La ville
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nandy

http://www.nandy.fr/











Le Monde des Châteaux















































Aucun commentaire: