lundi 4 août 2014

Le donjon dit la tour Montjoie



































Située à Conflans-Sainte-Honorine, sur ses hauteurs, proche de la chapelle Saint-Maclou, au confluent de la Seine et de l'Oise dans le département des Yvelines, la Tour Montjoie,  est un témoin précieux des la première génération des châteaux de pierre. La ville issue d'un camp fortifié connu dès le VIIIe siècle et limite extrême à l'ouest du domaine royal propre à Charles le Chauve, ce dernier donne ce village et la seigneurie aux évêques de Paris, à condition que des paysans veillent sans cesse pour annoncer la venue des Vikings qui remonteraient la Seine. Cela permet ainsi à l'évêque de Paris, aux environs de 850, de s'imposer face aux évêques de Rouen et de Chartres. L'évêque confie alors ce fief aux comtes de Beaumont en 990.



Construction : XI-XII ième Siècle.


Entre 1080 et 1085, une guerre féodale éclate entre Mathieu de Beaumont, seigneur du lieu, et son beau-frère Bouchard de Montmorency, futur Bouchard IV, qui s'estime lésé dans l'héritage du père de Mathieu. Le château de bois brûle. Retirées de justesse de la petite église en feu près du château, les reliques sont transférées dans la toute nouvelle église du Prieuré, en 1086. Le prieur devient également seigneur d'une partie de la paroisse de Conflans et de beaucoup d'autres terres qui viennent grossir les possessions du prieuré. Bouchard obtient donc des droits sur les revenus du fief de Conflans et en devient aussi co-seigneur laïc.
Deux châteaux de pierre sont ensuite construits, l'un pour les Beaumont, siège de la baronnie jusqu'à la Révolution et, un siècle et demi plus tard, un second un peu plus à l'est pour les Montmorency. Il sera appelé « Château-Neuf ». (Il ne reste aujourd'hui que le plus ancien, tour romane appelée la Tour Montjoie ou encore Tour de Ganne ou La Baronnie)


A l'exception de la toiture et des planchers intérieurs qui ont disparu, la tour Montjoie est parvenue dans un bon état de conservation. Les faces Ouest et Sud qui montraient d'inquiétants désordres ont fait l'objet d'une campagne de restauration en 1979 et 1980 ; à cette occasion, les baies bouchées ou remaniées ont été rétablies dans leur aspect d'origine.
 Construite en calcaire lutétien sans doute extrait sur place, la tour montre de belles assises régulières en moyen appareil et des joints assez épais. Elle comprenait trois niveaux mais seule la limite entre les premier et second étages est soulignée par une retraite talutée à l'Ouest. Les trois fenêtres géminées que l'on remarque au premier étage (deux à l'Ouest, une au Sud) offrent l'originalité d'être chacune surmontée par un arc plein-cintre qui enserre un tympan tripartite, ce dernier reposant à la fois sur un piédroit et la colonnette centrale. Seul côté non protégé naturellement, la face est était défendue par un fossé sec creusé en travers de l'éperon.


Lire la suite.... http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=REF&VALUE_98=IA78001144

 La tour est pourvue de trois cheminées : deux au niveau central, dont l'une est encadrée par deux fenêtres géminées à l'ouest, et une au dernier étage, ce qui est peu fréquent pour un bâtiment de cette époque.



















Le patrimoine

http://www.conflans-sainte-honorine.fr/fileadmin/contenu/7-Decouvrir_ville/4-Tourisme/1-Sites_et_monuments/pdfs/parcours_historique.pdf

http://fr.topic-topos.com/tour-montjoie-conflans-sainte-honorine 


Fiche historique de la Tour
http://maintenance-et-batiment.blogspot.fr/2014/08/fiche-historique-les-donjons-conflans.html




 La ville 

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Conflans-Sainte-Honorine

http://www.conflans-sainte-honorine.fr/











































Aucun commentaire: