dimanche 8 octobre 2017

L'enceinte de Dreux

















Dreux, située dans un vallon au bas d'une des collines qui l'environnent, débordant le cadre de la vallée de la Blaise à l'ouest de l'agglomération Francilienne proche de Houdan, Anet, Maintenon, elle a été, par ailleurs, la capitale du Drouais. Elle eut sa place forte imposante, puissante qui perdura jusqu'au XIXe siècle, époque de sa destruction. 





 Localisation : 28 100, Dreux, département de l'Eure-et-Loir. 

Région : Centre-Val-de-Loire





En 960, Richard, Duc de Normandie abandonne la forteresse drouaise. Elle appartiendra un moment à Hugues Capet qui la cède au Comte de Chartres. Vers 1023, Robert le Pieux la fait rentrer dans le domaine royal. Les premiers capétiens séjournèrent à l'abri de ses murailles. A son avènement, en 1137, Louis VII donne le Comté de Dreux à son frère puiné Robert. Les descendants de ce prince possèderont le fief pendant près de deux siècles et demi. Huit tours reliées par d'épaisses courtines, deux portes fortifiées et un gros donjon circulaire englobé dans l'enceinte au nord constituait le château primitif. Sur une terrasse se dressait le logis seigneurial avec sa chapelle. Cette chapelle, Saint-Nicolas des Salles, se trouvait dans la porte Sud qui s'ouvrait sur la ville. Dans la cour intérieure, au pied du donjon, s'élevait une grande église : la collégiale Saint-Etienne.
En 1224, le Comte Robert III de Dreux (1218-1233) voulut augmenter la puissance de la forteresse. Il bâtit au nord une seconde enceinte à l'extrémité de laquelle il érigea la Tour Grise, d'un diamètre extérieur de 25 mètres, aux murs de 5 mètres d'épaisseurs. Selon la tradition, ce donjon pouvait être vu de Chartres.

A cette époque Dreux, comme toutes les villes fortifiées du Moyen-âge, était entourée de murailles garnies de onze tours ou tourelles, sept portes y donnaient accès :
 Au midi les portes Chartraine et Saint Denis
 A l'Est les portes Neuve et Parisis
 Au Nord les portes Halon et du Tourniquet
 A l'Ouest la porte D'Orisson

 Cette enceinte, la principale se dessinait tel un rempart de figure oblongue flanqué de tours et appuyé de plusieurs contre-forts, possède des tours rondes à l' exception de deux du côté Ouest qui sont carrées. Ces remparts et ces tours étaient ruinés jusqu'à moitié de leur hauteur au XIXe siècle, leur couronnement n'existe plus. entourée d' un double fossé sec que l'on pouvait remplir d'eau à volonté. Après le siège de Dreux en 1591, les fossés ont été réaménagés, au lieu d'un double fossé un seul fut gardé qui est celui où coule la petite rivière de la Biaise. Le lit de cette rivière fut achevé en deux mois. Un boulevard fut ajouté à chacune des trois portes principales: de Paris, de Chartres et d'Orisson, l'on y fit passer l'eau pour rendre plus difficiles les approches de la ville. Son périmètre resserré dans l'enceinte des fortifications s'est étendu à l'extérieur de tous les faubourgs par le biais de la démolition des portes et de la plus grande partie des murailles de clôture. L' intérieur a subi de grandes modifications dont Jean Garnier, l'un de ses maires, indiquait déjà les principales dans son manuscrit de 1629.

Tout indique que le château de Dreux fut bâti à la fin du Xe siècle ou au plus tard au commencement du XIe. Il est facile de voir que les barbacanes et les meurtrières pratiquées dans plusieurs tours pour y placer de l' artillerie ont été faites longtemps après leur édification première.
Le portail, bâti au côté méridional de l' enceinte est singulier, en ce sens qu' il n' est accompagné d 'aucune défense, chose extraordinaire, c' est un édifice carré avec une porte cintrée dont la voûte est assez élevée et présente l' ouverture destinée au passage de l' assommoir. En dehors de cette première voûte, un avant corps flanqué de deux contreforts ayant une arcade de forme ogivale qui se lie avec la voûte, se dresse là. Cet avant corps a été bâti postérieurement au reste de l' ouvrage, son arcade possède aussi une ouverture pour laisser tomber un assommoir, une grosse poutre ferrée avec laquelle on écrasait les assaillants lorsqu' ils avaient forcé le pont-levis et la herse des anciennes forteresses.

Extérieurement à la première enceinte, un ravelin, dont la muraille est très épaisse, part de l' angle du portail en décrivant à peu près un demi polygone, puis va se terminer à l' une des deux petites tours qui défendent la porte de communication de la première avec la seconde enceinte.
Du côté du nord, une tour énorme abattue au XIXe siècle ou avant, mais qui était jadis entièrement revêtue en pierres de taille, était, dit-on, le donjon. Elle était si élevée que des vieillards qui l' avaient vue dans son entier ont assuré qu' elle s' apercevait de Chartres, éloigné d' environ 24 kilomètres.
De la chapelle construite dans la première cour, il ne reste plus que le massif de la base du clocher et l' arcade du portail dont le nouvel acquéreur du château a trouvé le travail si précieux qu' il n' a pas voulu la détruire. Il l'a laissé subsister pour servir d' entrée à un jardin qu' il a planté dans la cour du château.
Cette arcade est soutenue par deux pilastres et deux colonnes engagées, elle est, en effet, décorée avec assez de délicatesse, elle est munie de plusieurs rangs de moulures en zig-zag qui caractérisent l' architecture de ce temps et qui régnent dans tout le pourtour de l'archivolte, ainsi que dans les ornements en feuillage, les chapiteaux, sur des colonnes pareillement enrichis. Une porte pratiquée à l' Est conduit de la première enceinte vers une seconde plus étendue mais plus délabrée à peu près de même forme. Cette porte est flanquée de deux petites tours rondes revêtues en pierre de taille.

La seconde enceinte presque entièrement ruinée du côté du Nord ne présente que deux tours, l' une au midi, l' autre à l'Est, mais cette dernière parait avoir été très importante et destinée à la défense principale de toute cette partie du château. Son diamètre est le double de celui des autres, elle est environnée d' un fossé particulier lequel est lui même entouré extérieurement d' un mur circulaire très épais, le tout se dresse au sommet d' un monticule factice. L'on pourrait croire que c' est là le véritable donjon du château ou réduit dans lequel la garnison se reliait à la dernière extrémité et non pas la tour sur laquelle on a élevé un télégraphe et de laquelle nous avons parlé ci-dessus. Ce château était un des principaux boulevards des domaines propres de la Couronne de France du côté de la Normandie, il les défendait contre les incursions des Anglo-Normands et fut assiégé à différentes époques. L' aspect des lieux a bien changé depuis l' époque où M de Freminville donnait cette description de la colline de Dreux. Ce n' était alors qu' un désert jonché de débris, il a suffi d' un souffle royal pour ranimer cette nature morte et transformer l' enceinte toute entière en un riche panorama, se diversifiant dans les aspects les plus pittoresques.

La bourgade de Dreux fut la capitale de la tribu gauloise des Durocasses, connue sous le nom de Durocassium. Sa position topographique, proche de la cité des Parisii, à un carrefour de voies de communications, ainsi que la haute colline qui la domine, réunissaient toutes les conditions requises pour un poste militaire. Aussi les Romains y établirent-ils une forteresse du nom de Castrum Drocas, succédant à l'ancien oppidum gaulois. Cette forteresse devint le centre d'un comté carolingien. Pendant un temps, il dépendit du nouveau duché de Normandie, avant de tomber dans les mains de la maison de Vermandois, descendant de Charlemagne.

Vers 1121/1123, Robert II l'enleva à cette lignée, après la mort d'Étienne Ier de Troyes, et il le réunit à la couronne, faisant de cette forteresse une tête de pont. Propriété du domaine royal, le château et la ville devinrent l'un des appuis occidentaux du domaine capétiens, aux portes de la Normandie. Pour cette raison, Louis VI le Gros donna le château, la ville et le comté de Dreux en 1152 en apanage à l'un de ses fils Robert de France (1125-1188), tige de la Maison capétienne de Dreux, éteinte en 1590. Le château a suivi la destinée du comté de Dreux et de ses propriétaires, les comtes de Dreux, faisant retour à la couronne de France par achat de Charles V en 1377-1378. Considéré comme château royal, il fut engagé à des seigneurs particuliers, puis vendu au XVIIIe siècle à la maison de Bourbon-Penthièvre.
 La collégiale Saint-Étienne, depuis le XVIIIe siècle, a servi de sépulture à d'anciens comtes de Dreux, où leurs entrailles. Quelques vestiges retrouvées lors des travaux de fondation de la nouvelle chapelle Saint-Louis, sont maintenant conservés dans cette dernière, notamment ceux qu'y fit transférer en 1783 le duc de Penthièvre. Ce dernier ayant vendu à Louis XVI son domaine de Rambouillet.

Dès l'époque romaine, un camp ou un poste militaire fut probablement établi sur l'éperon rocheux dominant Dreux. La surveillance du carrefour des routes de Chartres et Paris se dirigeant vers la Basse-Seine et la mer, en faisait un point de haute stratégie. Ce n'est qu'au Xe siècle que le château de Dreux entre dans l'histoire. La création du Duché de Normandie en 911 fait de Dreux et de son château, une des principales places fortes de l'Ile de France, sur un territoire qui verra très souvent s'affronter les troupes du Roi et celles de ses puissants vassaux.
Le château de Dreux dit M de Fréminville, est un des plus considérables et des plus importants par sa position, son étendue et l' illustration de ses anciens possesseurs. II est composé de plusieurs corps d' ouvrages généralement construits en cailloutages comme presque tous les châteaux de la Beauce et du Perche où la pierre de taille est rare.

L' origine des premières fortifications de Dreux se perd dans la nuit des temps et nous n' avons pu donner précédemment que des probabilités sur l' époque de leur construction primitive. La position topographique de cette ville à la proximité de la cité des Parisis, la haute colline qui la domine réunissaient sans conteste toutes les conditions requises pour un poste militaire très remarquable. Les Romains, moins jaloux de prévenir les guerres des peuples que de s' opposer à leur coalition, établirent-ils en ce lieu une forteresse qu' ils nommèrent Castrum Drocas. Nous ignorons si des découvertes appartenant à la période gallo-romaine ont été faites sur les hauteurs de Dreux ou dans les quartiers bas, mais ce qui concourt surtout a donner quelque importance à cette ville au temps de la conquête c' est la présence des grandes voies romaines qui venaient s' y croiser en grand nombre. Comment douter dès lors que les Romains aient eu, à Dreux, sinon un vaste établissement au moins un de ces castra staliva assez importants pour devenir une ville. Au XIe siècle nos historiens citent l' illustre et fameux château de Dreux, nobile et famosum castrum de Drocis et dans nos chartes du Moyen-âge il porte les noms de Durocassinum Durcassinum Druense Castrum Castrum de Drocis. Tour à tour forteresse redoutable, palais de nos rois et manoir des comtes de Dreux, il fut le théatre d'évènements, il a subit des modifications avant d' arriver jusqu' à nous non pas, avec ses débris du premier âge, mais avec ceux du Xe siècle, époque que lui assigne M de Fré minville. Palais et monuments religieux renfermés dans son enceinte, tout a disparu sous l' avalanche des guerres et de la tourmente révolutionnaire. Il n' y a plus qu' un tombeau élevé par la piété familiale au milieu de ces nobles ruines....






*  *





La ville 




* Cinq documents sur la ville, le château

La ville





*




Les places fortes entourant l'Ile-de-France

Châteaux, châteaux-fort, donjons

Le monde des châteaux





Le tourisme en Eure-et-Loir





*































































Aucun commentaire: