samedi 4 juillet 2015

Fortifier un carré en tenaille
























Traduction d'un livre ancien écrit en vieux Français de Samuel Maroloys, tiré du site du CNAM; 

"Fortifier un carré en tenaille" 


 Premièrement, il faut considérer qu'il serait plus décent de fortifier les angles du carré, que de le fortifier en tenaille, ce qui se doit de faire, à mon avis, lorsque les angles du carré sont si éloignés, c'est un Boulvert au milieu de la courtine. Il faudrait donc le faire ainsi, au lieu de bâtir sur les angles du carré des boulverts aigus, comme ordinairement. 

 Le boulverts des carrés sont; Cela ferait les angles: BCD, FGH, KLM et OPQ, au milieu des cotés du carré, de sorte que les lignes qui forment les tenailles, soient toutes égales entre elles comme ABCDEFGH, etc... Les angles aussi égaux entre eux ce qui se fait en menant les deux diagonales du carré : AI, NE qui s'entrecoupent en R, puis ayant pris la distance AR et posée de AD, de E en B, de E en H et de I en F, cela fait finalement les triangles isocèles ; DCB etc... De la distance DE on aura la figure octangulaire formée en tenaille dont tous les angles sont droit, lesquels peuvent, aprés, être les angles de boulverts, lorsqu'on à la commodité d'en faire une forterresse royal et que la distance d'angle en angle est d'environ 80 verges (80 mètres, wikipedia ;
 Si les angles droit seraient beaucoup plus proche de 40 ou 50 verges, il y aurait imperfection et ceci ne pourrait être une fortification dite royal! En ces moments, il faut, en un tel regard, décider et mûrement délibérer s'il ne serait pas plus utile de laisser une telle fortification telle que plutôt que de vouloir l'altérer, parce que le contenu d'un tel lieu ne permet d'y employer le temps et la dépense. Les boulverts s'avèrent trop petits et toutes les lignes trop courtes et incapables de faire leurs effets. 
Mais si la distance des angles est capable de soutenir une parfaite fortification, on en fera le dessein comme s'en suit ; soit la ligne EG divisée en 3 parties égales des points 1 et 2. Puis feront deux des parties posées sur HG, comme ici en S. Les points S et I, les distances IG et GS, forment les arcs qui s 'entrecoupent au point 4, par lequel est emmenée la ligne G4 à l'endroit ou elle coupe la ligne HI, au point 2, qui sera I 2, la face ou le plan du Boulvert. Pour avoir son flan, il faut éxécuter un angle X, VI de 40° par la ligne X,V passant par les points 2 et 5 et coupant la diagonale GR au point X qui sera le centre du boulvert. De ce point X, par lequel est emmenée une ligne parallèle à la ligne IG comme X,X. Du point 2, l'on doit amener un perpendiculaire comme Y2 et on aura toutes les parties essentielles de la fortification, à savoir la ligne I2. 2 sera la face, Y le flanc donc YX, la ligne de gorge YT, la courtine ZI sera la ligne de défense flanquante. Suivant les angles G,E,C,A et c, posée la distance I,2 et sur les diagonales la distance I,X, l'on pourra parachever une fortification qui avait été bâtie en tenaille. 






Le tout comme appert par les deux bouleverts. I,G ne change pas dans toute cette fortification, que les lignes de tenaille 2 H 5 qui se posent sur 5T, TY et 2Y, qui, en somme, sont un peu plus longue que les susdicts 2 H et H5. 
 Mais la terre qui se tire de l'espace T5, H2,Y, est batante pour suppléer à ce défaut. Le fossé qui a été fait auparavant, même s'il est assez ample et profond, peut être laisser ainsi sans y apporter quelques changements, parcequ'en de telles places, l'on ne peut faire une faussebrayes qu'à grande dépense. Parce qu'elles se font au dehors des remparts ; on fera au de là du fossé un bon chemin couvert suivant nos desseins précédents, pour résister, par ce moyen, plus vivement aux assaillants. L'on pourrait amener (comme appert sur la figure 87 de 5 en H) un bon parapet allant en glassis, d'environ 6 à 8 m d'épaisseur entre H et 5, des traverses élevées les unes au dessus des autres, pour y loger des mousquetaires, lesquels pourraient défendre le passage aux fossés. 
L'on peut tellement accomoder les dites traverses que l'on pourrait y loger aisément deux pièces d'artillerie pour rompre des galeries creusées par l'ennemi vers le fossé et lutter sur une brèche que l'assaillant pourrait entreprendre coté boulverts. 




 "Fortification des places irrégulières"  Par Samuel Maroloys 

(figure 85)













Les fortifications du littoral


Sites Vauban


Fortifications et mémoire


Sur wikipédia












Aucun commentaire: